De l’histoire de l’art.

16 Mai

L’Art est une belle chose; on en compte 7, voire 8 :

La sculpture, le dessin, la peinture, la danse, la littérature, la musique, et le cinéma (ainsi qu’un talent presqu’artistique tant il est travaillé par certains : la bêtise.).

Si personne ne touche à la sculpture, c’est car en plus d’être un art difficile, et cher, seule une oeuvre de qualité sera reconnue.

La peinture et la danse, quant à eux, sont pratiqués souvent par des passionnés dont le talent, s’il n’excelle pas celui des maîtres, est intéressant.

Le cinéma est une famille très fermée, donc la jeunesse ne s’y attelle pas.

Reste alors trois Arts, que l’homo swaggiticus apprécie tout particulièrement, probablement grâce à la finesse de son esprit et la vivacité de son raisonnement.

Plutôt que de vous faire immensément plaisir en écrivant 3 articles d’une qualité remarquable et caractéristique de mon talent, je vais réunir ce que j’ai à en dire dans un seul et unique article. Avant même de commencer, il faut comme toujours lire l’article dans son intégralité avant de réagir, tel un militant syndicaliste, offusqué, contre ma verve. Ceci étant dit, commençons.

Magnificient.

« Je suis artiste, j’ai mis une tondeuse à gazon en noir et blanc. »

Je risque d’enfreindre des lois de droit à l’image, mais la plupart des gens ne connaissent même pas la notion de copyright; les autres utilisent un CreativeCommons de toute manière (faudrait que j’y pense, sur ce blog, vu l’intense qualité de mon écrit), donc je pense que la question ne se pose pas; je vais pouvoir m’en donner à coeur joie.

Le véritable problème n’est pas que le jeune, déboussolé, se réfugie vers l’art pour sortir de son quotidien morne et triste; ni, en fait, qu’il aie du talent ou non.

Le talent, en plus d’être un concept mi-subjectif, n’importe pas vraiment dans le but qui devrait être celui des jeunes lorsqu’ils font de l’art : s’échapper, découvrir, explorer. L’art est une façon virtuelle de découvrir ou créer de nouveaux mondes, de s’échapper du sien, ou encore le mouvoir; les plus grands artistes de l’histoire n’étaient-ils pas en général sous l’emprise de narcotiques (voire substances neurotropes) puissants ? L’absinthe n’est-elle pas la boisson du poète maudit, et l’opium l’ami de Baudelaire ? L’utilisation intéressante de ces substances s’explique chez ces artistes pour une raison : il s’agissait d’ouvrir son esprit pour aller plus loin que la réalité.

Mais, voilà. Le jeune en décide souvent autrement.

Si la délicatesse de sa verve dans son discours au naturel, justifiée par la proposition « cé bon, (NdR : la virgule est ici dramatique, mais le jeune ne l’utilise pas lui-même.) on né pa a lécole. », ferait pâlir plus d’un lettré, il tente lorsqu’il se met à écrire de l’étoffer en utilisant son plus beau vocabulaire. Prenons rapidement un texte d’un jeune, et OBSERVONS, rusés lecteurs.

Ne jamais dire au revoir, parce qu’un « au revoir » signifie partir, et partir signifie oublier….

La base de « au revoir », c’est le revoir, il me semble.

Les Humains sont des animaux apprivoisés. Et honnetement, je crois que j’ai beaucoup plus de respect pour nos amis les betes que pour mes semblables.

Apprivoiser (v) : Faire d’un animal sauvage un animal privé. A.. qui appartenons-nous ? Le premier qui me dit « A d’autres humains ! » se rappellera que le jeune cité parle bien des « Humains ».

Et un fusil attend patiemment le premier qui commence à parler du capitalisme.

Je m’excuse déjà auprès de tous les Industriels déçus que je n’en cite pas plus tant ils aiment mon analyse; j’ai souffert pour dénicher ces deux là, et cela me suffit amplement.

Reste alors la musique, et le dessin.

Pour le dessin, voulez-le ou non, je vais y ajouter un autre art : celui de la photographie. En effet, aujourd’hui, suite à la montée de certains réseaux sociaux tels que Instagram, le chalon aléatoire se considère comme un artiste puisqu’il met en noir et blanc une photo de chaise de jardin.

Croyez le ou non, c’est tout à fait vrai.

Et c’est une pratique très populaire dans la jeunesse mondiale : plus de 100 millions d’utilisateurs actifs sur le dit-service furent recensés. Certes, bien sûr, le service n’est pas utilisé que par des jeunes, comme tout :

  • Montaigne n’est pas apprécié que par des professeurs de français fous.
  • L’art moderne n’est pas qu’une inspiration néoclassique d’une société post-moderne pour les hipsters.

Mais revenons au point. Instagram, en particulier, a renoué le lien très étroit entre l’art de la photographie et le jeune; ses clichés enivrants imprégnent le papier photo’ alors que la lumière rouge du labo clignote avec peine; avec toute l’attention nécessaire, il regarde ses prises, les admire, les compare.

Ou pas, en fait.

.. wut?

Je ne comprends pas.. pourquoi ? A part ressasser l’horrible sensation du sable sur nos pieds mouillés ?

 M’oui. C’est pas glorieux. Mais les dits-clichés sont reconnus, d’une façon importante comme artistiques.
Permettez moi d’en douter un minimum par pure honnêteté (je devrais tenter ce truc plus souvent).

Mais le pire sont les « pages photos » sur Facebook. Réflex offert par papa en automatique, mise au point raté (et automatique, on ne change pas les bonnes habitudes), et un flash dans le miroir : cliché parfait. Des milliers de fans décérébrés acculent votre page de mentions j’aime tellement votre art est fignolé et exceptionnel. Et à côté de ça, certaines pages avec un talent beaucoup plus grand, de l’art plus recherché (pas si difficile) ou conceptuel peinent à dépasser 50, 100 mentions.

La vie n’est-elle pas triste ?

First.

Jouons à « trouver l’artiste ».

Second.

Ca ne devrait pas être difficile.

Et bien quatre fois plus de gens aiment la page du second «  » » » » »photographe » » » » » » que celle-ci que je vous invite à aller visiter tant il est triste de voir de l’art obscurci par des étrons.

Reparlons donc du dessin, puisqu’il fut le thème que nous aurions du aborder dès le début; et maintenant que la parenthèse est fermée, il nous faut nous remettre au travail. Allons, fiers gaillards, je sais que vous voulez voir mon prochain comparatif !

Le dessin.

Autre art surreprésenté chez les jeunes, je n’oserais, même moi, pas critiquer les gens qui ESSAYENT.C’est bien. Persévérer de la sorte est bénifique; qui plus est, ça permet d’acquérir la méthode nécessaire pour pouvoir mieux dessiner, and such.

Mais une illustration vaut mieux qu’un long discours. Have at you!

First.

J’ai inversé les deux, attention.

Second.

« quick sketch ». QUICK

Alors encore, je ne dis pas que le premier est mal réalisé, ni quoi que ce soit; mais il est 14 fois plus célèbre que le second dessin de Tennant (Oh, David ♥), et, une fois n’est pas coutume, je vous redirige vers l’artiste en question.

Et malgré la différence évidente de qualité et de maîtrise, le premier sera toujours considéré comme « meilleur » à l’oeil expert du jeune : lui-seul sait dénicher la perle rare dans les milliers de pages Facebook; il se dirige avec talent vers un cubisme à la Picasso, loin de ces bêtes dessinateurs qui ne savent que « dessiner ». Le jeune voit à travers leur jeu capitaliste.
Il voit clair !

Reste encore la musique, et là je partagerais une expérience qui m’est propre; car, en effet, en plus d’être le leader de cette belle Industrie qui est la notre, il m’arrive de sortir de mon manoir pour observer les gens.

Si l’expérience, en plus d’être extrêmement douloureuse, m’ennuie souvent, certaines perles ne pouvaient échapper à mon oreille. Une demoiselle que nous appellerons Robert, pour ne pas la nommer, souhaite percer dans le milieu musical, via une plateforme de crowfunding.

La qualité de son chant étant fort mauvaise, et son prestigieux coup de poignet au piano peu éblouissant, je me suis tout de même résigné à aller voir, pour la forme, ce qu’elle proposait.

  • une photo dédicacée sous forme numérique

Ouais, un fichier probablement enregistré en jpeg (Horreur !), quoi. Mais passons à ce qui était vraiment plus amusant.

  • Vous recevez un EP Physique ET Numérique, un appel téléphonique de ma part, une vidéo de remerciements, une photo dédicacée sous forme numérique ainsi que des remerciements nominatifs sur vos réseaux sociaux. 100€

L’offre à 50€ est identique, sauf l’appel téléphonique. Pour une demoiselle de 17 ans avec un talent *cough* questionnable *cough*, n’est-ce pas fort expensieux ?

  • Partagez un rencontre d’une demi journée avec moi. 300€

Que..

quoi ?

Mais.. Enfin..

Je passe le « un rencontre », les féministes s’en chargeront; mais une après-midi avec une lycéenne pour 300€ ? Si j’avais su, naïf que je suis.. TimIndustries aurait eu un capital de départ plus important.. Faut que j’appelle Bill, on va revoir notre business-plan.

Et dans la description de la dite-offre, on parle de « remettre la photo en main propre »; or jusque-ici, la photo a toujours été numérique.. A t-on enfin investi dans une imprimante ? Recevra t-on une clé USB ? A ce prix là, pourquoi pas. Et,  il est suffisamment intéressant de noter que quelqu’un a payé les dits-300€. Parle donc d’argent gâché.

Et avant de faire une vraie citation, voici une phrase au hasard dans la description de la page sur le crowfunder.

C’est après quelque temps de travaille avec lui,

Oh.

« La jeunesse est un art. » Oscar Wilde; il faudra que je lui envoie une copie de cet article.

Always yours,

Tim. logoseul1

3 Réponses to “De l’histoire de l’art.”

  1. Cathie (whatevercathiewants) mai 16, 2013 à 8:57 #

    Bon, qu’est-ce que je pourrai bien dire (ou ne pas dire) pour éviter d’illustrer cette « triste jeunesse » dont tu parles? ahah.
    Je suis loin d’être aussi à l’aise avec les mots alors pour ne pas paraître trop ridicule je me contenterai d’un bravo (si, si, j’ai quand même compris et j’approuve) et d’un GRAND merci pour le petit coup de pouce et l’illustration de ton article par ma photo. A bientôt😉

    • Tim Industries mai 16, 2013 à 8:59 #

      Les mots ne sont pas une frontière dans l’Industrie, tu fais évidemment partie des nôtres.😉
      Merci pour tes félicitations et pour ta photographie !🙂

  2. VF mai 24, 2013 à 11:59 #

    Sans critique sur le fond faute d’en avoir à faire😉 Je te conseille de faire attention à la « structure » de tes phrases. Assez souvent, tu découpes tes phrases d’une façon étrange qui hâche la lecture et la rend moins fluide. C’est dommage car ton style est vraiment agréable à part ça ! Mais c’est un truc qui se travaille.

    Exemple : « Si personne ne touche à la sculpture, c’est car en plus d’être un art difficile, et cher, seule une oeuvre de qualité sera reconnue. »

    Ta phrase est « complexe », composée de plusieurs proposition. Du coup, il faudrait que la découpe soit plus claire. Type : « Si personne ne touche à la sculpture c’est car, en plus d’être un art difficile et cher (j’aurais plutôt utilisé « coûteux » d’ailleurs, cher fait maladroit à mon goût), seule une oeuvre de qualité sera reconnue. ».

    La technique pour « bien couper » c’est de lire à voix haute en marquant bien les pauses, comme ça tu vois vraiment le ressenti de ton lecteur.

    Bon courage pour la suite😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :